Skip links

Faut-il assurer un vélo électrique ?

Le secteur des nouvelles mobilités croit à une vitesse fulgurante. Et comme tous les domaines connaissant des évolutions rapides, le volet législatif a bien souvent du mal à suivre, ou, du moins, il reste un peu flou pour la plupart des consommateurs. NoBelity va s’atteler à répondre à la question qui se pose sans doute le plus souvent : faut-il assurer un vélo électrique ?

Faut-il assurer un vélo électrique ?, Nobelity
La grande question : faut-il assurer un vélo électrique ? NoBelity vous explique.

> Avant même de penser à son assurance, il vous faudra faire un choix éclairé quant au vélo qui vous servira, à vous ou à vos salariés, de monture pour les années à venir. Ce sujet est traité dans notre article : « Quel vélo pour aller au travail ? »

Assurer un vélo électrique : mode d’emploi

Tout d’abord, la grande question : assurer un vélo électrique est-il obligatoire ? À vrai dire, tout dépend du type de vélo à assistance électrique dont il est question. NoBelity vous fournit quelques éclaircissements :

Le vélo électrique « classique »

Un vélo électrique classique est un vélo dont le pédalage est assisté par un moteur électrique lui-même alimenté par une batterie ne pouvant pas porter l’assistance au-delà de 25km/h.

Légalement, rien ne vous oblige à assurer votre VAE classique, que vous soyez un particulier ou un employeur mettant une flotte de VAE à disposition de vos salariés pour optimiser leur trajet domicile-travail, par exemple.

Mais, bien évidemment, mieux vaut faire preuve de prévoyance… car assurer vos vélos électriques peut vous épargner quelques cheveux blancs.

Assurer ses vélos électriques

Vous êtes employeur et souhaitez mettre des VAE à disposition de vos collaborateurs ? Nous ne pouvons que vous recommander chaudement de les faire assurer contre le vol et la casse par votre organisme d’assurance habituel, ou bien par une société spécialisée.

Un salarié casse une pièce du vélo ? Cela sera pris en charge par l’assurance de l’entreprise sans coût supplémentaire pour cette dernière.

Également, et pour rappel : selon la FUB, la Fédération Françaises des Usagers de la Bicyclette, chaque année en France sont volés plus de 400 000 vélos, soit presque 1 vélo volé par minute.

En résumé, assurer vos VAE vous permettra de mieux maîtriser votre budget en vous prémunissant d’éventuels impairs qui vous coûteraient beaucoup plus cher en réparation !

L’assurance des speed bikes

Dans la grande famille des vélos à assistance électrique, nous retrouvons la catégorie des speed bikes (ou « vélos électriques rapides » en bon français), des engins assimilés à des cyclomoteurs puisque leur assistance peut être portée à 45km/h.

Une législation leur est propre et des obligations en découlent pour les propriétaires :

  • port d’un casque homologué,
  • immatriculation,
  • circulation sur la route et non sur les pistes cyclables,
  • souscription à une assurance spécifique aux speed bikes par le salarié lui-même ou l’employeur.

> Si jamais vous vous posez encore la question, n’hésitez pas à consulter notre article dédié : « Pourquoi aller au travail en vélo ? »

Le marquage

Nouveauté côté législatif pour cette année 2021 : pour lutter contre le vol, et ce, depuis le 1er janvier 2021, tous les vélos classiques comme électriques neufs vendus doivent obligatoirement être marqués de 10 caractères alphanumériques, comme indiqué sur le site www.service-public.fr.

Faut-il assurer un vélo électrique ?, Nobelity

Un cycle volé peut ainsi être identifié s’il est retrouvé et être restitué à son propriétaire.

Les vélos d’occasion ne seront concernés qu’à partir du 1er juillet 2021. À savoir que certains organismes d’assurance peuvent exiger le marquage du vélo pour l’assurer.

> Avec NoBelity, pas de soucis à vous faire : tous les vélos qui vous sont fournis sont marqués par un organisme homologué dès leur assemblage !

NoBelity s’occupe de tout, même d’assurer vos VAE

NoBelity encourage de plus en plus le recours à la Location Longue Durée (LLD) pour ses clients. Plusieurs (très) bonnes raisons à cela :

  • le coût du service est lissé sur plusieurs mois, la dépense a donc beaucoup moins d’impact d’un point de vue d’immobilisation financière pour l’entreprise,
  • le montant mensuel comprend le loyer du vélo, son assurance casse et vol en plus d’un entretien par an (main-d’œuvre uniquement),
  • l’achat comme la LLD* de vélos à assistance électrique sont des outils d’optimisation fiscale pour les entreprises.

N’hésitez pas à contacter l’équipe NoBelity si vous avez la moindre question :

* la LLD ne s’applique pas aux speed bikes (vélos électriques rapides).

assurer un vélo électrique, Faut-il assurer un vélo électrique ?, Nobelity
Nos derniers articles

Leave a comment

Name*

Website

Comment